CODE D'ÉTHIQUE​

Préambule

Les membres de l’ACIP sont des personnes qui veulent promouvoir le bien-être global de la personne en reconnaissant les dimensions spirituelle et/ou religieuse de sa vie en plus et au sein des dimensions psychologique, sociale et physique de son devenir. C’est dire qu’ils [1] incluent dans leur intervention l’écoute de la personne sous l’angle de ses valeurs, du sens qu’elle donne à sa vie, de sa manière de se relier à la transcendance et de son identité intégrale. La quête spirituelle, religieuse, transcendante ou mystique de l’être humain doit être entendue telle qu’exprimée par la personne, et être accompagnée dans une optique d’appropriation de sa réalité humaine intelligente, aimante, libre et responsable.

Cette qualité d’écoute suppose, de la part de l’intervenant une présence empreinte de sensibilité cordiale et effective, d’empathie profonde, de respect et de congruence avec ses propres valeurs. Les membres de l’ACIP s’engagent à veiller sur leur propre santé intellectuelle, physique et spirituelle et se montrent responsables quant à leur conduite personnelle et professionnelle.

 

N.B. : Le code d’éthique, comme norme de l’agir professionnel,  se veut informatif auprès des membres affiliés, étudiants et des membres sages qui ne font pas d’intervention à titre de membres agréés.

1.  Principes d’éthique relatifs aux compétences et à la conduite professionnelle de l’intervenant psychospirituel

 

1.1   Connaissances - Habiletés - Compétences

Les intervenants psychospirituels valorisent l’excellence des compétences professionnelles et ils ont à cœur d’offrir ce qu’il y a de mieux sur le plan des connaissances, des habiletés et des expertises professionnelles.

Ils sont appelés à bien préciser l’objectif de l’accompagnement, la longueur et la fréquence des rencontres et  le coût prévu pour une rencontre d’accompagnement.

 

1.2   Perfectionnement professionnel

Les intervenants psychospirituels s’engagent à se perfectionner de façon continue pour améliorer leur croissance professionnelle et accroître sans cesse leurs connaissances, leurs habiletés et leurs compétences à l’intérieur de leur champ de pratique.

 

1.3   Limites de la compétence

Les intervenants psychospirituels reconnaissent les limites de leurs compétences et n’offrent que les services pour lesquels ils sont dûment qualifiés, soit par leur formation, soit par l’expérience acquise sous supervision. Ils sont bien informés, consultent au besoin et effectuent les références requises dans le meilleur intérêt de leurs clients.

 

1.4   Attestation de qualifications

Les intervenants psychospirituels ne revendiquent ni ne prétendent posséder des qualifications professionnelles laissant supposer une compétence supérieure à la réalité ou des appuis inexistants.

Ils sont tenus de corriger immédiatement toute fausse représentation ou tout malentendu concernant leurs qualifications.

1.5   Marketing

Les intervenants psychospirituels projettent une image d’intégrité à travers leur publicité, leurs communications et leurs offres de services et gèrent leur entreprise de manière à valoriser leur champ de pratique.

 

1.6    Relations avec les institutions et les organismes

Les intervenants psychospirituels, par leur adhésion au Code d’éthique, aident les institutions ou les organismes à offrir le meilleur service professionnel. Ils  solliciteront le support des organismes, des institutions, des clients et des employés pour les aider à fournir des services conformément aux directives du Code d’éthique.

 

1.7   Droits de la personne

Les intervenants psychospirituels respectent et défendent les droits individuels et la dignité personnelle de tous les clients. Ils ne tolèrent aucune forme de harcèlement psychologique et /ou sexuel. 

Ils se font les promoteurs de l’égalité des chances et offrent un service exempt de toute discrimination.

 

1.8   Respect du Code d’éthique et des lois provinciales et fédérales

Les intervenants psychospirituels respectent tous les règlements du Code d’éthique tout en se conformant aux lois provinciales, territoriales et fédérales les concernant. Ils  informent les autres (collègues, clients, étudiants, employeurs, et toutes personnes concernées) du bien-fondé du Code d’éthique et des lois s’y rattachant ainsi que de tout mécanisme prévu en cas de violation du Code ou des lois existantes. Ils prennent les mesures appropriées pour rectifier une situation dès qu’ils décèlent une violation à l’éthique par un collègue.   

 

1.9   Utilisation des technologies de l’information et des communications

Les intervenants psychospirituels utilisant des techniques d’information et de communication pour échanger avec un client ou un fournisseur de services à l’extérieur de leurs bureaux sont conscients du fait que tous les aspects du Code d’éthique continuent de s’appliquer comme ce serait le cas dans tout autre contexte de prestation de service. Ils fournissent aux clients l’information pertinente les concernant dans le cadre du type de relation professionnelle et des services offerts.

2. Principes d’éthique relatifs à l’intervenant psychospirituel : sa relation avec la personne accompagnée

2.1  Intégrité professionnelle – Dignité et respect de la personne

Les intervenants psychospirituels accordent une importance primordiale à préserver, soutenir et promouvoir la dignité de toute personne, particulièrement de celles en situation de dépendance et de vulnérabilité.

Ils tiennent compte dans leurs actions de l’unicité et des capacités de changement et de développement de la personne.

 

  • Ils aident les personnes à prendre conscience de leur potentiel en respectant leur droit de prendre eux-mêmes des décisions éclairées et responsables

  • Ils traduisent cette valeur d’intégrité en agissant avec objectivité, rigueur et désintéressement

  • Ils  assument les conséquences de leurs décisions et de leurs actes en étant notamment en mesure de répondre de l’utilisation de leur compétence qu’ils développent et qu’ils maintiennent à jour.

  • Conscients qu’ils peuvent avoir des problèmes personnels, ils évitent cependant d’en parler ou de les imposer à leurs clients.

  • Ils font preuve de confiance, de tolérance, de transparence et d’ouverture d’esprit.

2.2   Confidentialité

Les intervenants psychospirituels respectent la vie privée de la personne ou de toute source de renseignements et gardent confidentielle toute information, eu égard au type de relation et de service offerts.

 

Ils informent les bénéficiaires et les clients des limites de la confidentialité.

 

Ils savent que tous les aspects de la confidentialité s’appliquent à l’utilisation des technologies de l’information et des communications, comme le système de messagerie vocale, le télécopieur et le courrier électronique.

 

2.3   Divulgation de renseignements confidentiels

Les intervenants psychospirituels transmettent une information confidentielle selon les conditions suivantes :

  • avec la permission expresse du client;

  • quand il y a une preuve évidente de danger imminent pour le bénéficiaire;*

  • quand il y a une preuve évidente de danger imminent pour le bien-être des autres*,

  • quand cela est exigé par la loi, par exemple, en cas de suspicion de sévices envers un enfant ou sur un ordre de la cour.

(* Si la situation le permet, les modalités de la divulgation devraient être établies suite à une discussion et une consultation avec la personne accompagnée et d’autres professionnels.)

 

Ils veillent à la confidentialité et à la sécurité des dossiers, qu’ils soient écrits, sur bande sonore ou vidéo ou encore conservés sur support électronique, et ce, tout au long de la consultation du client et de la manutention des documents.

 

2.4   Consentement éclairé

Les intervenants psychospirituels respectent le droit qu’ont les personnes d’accepter ou non les services qui leur sont offerts, selon les droits qu’elles détiennent.

 

Ils informent clairement les bénéficiaires de l’utilisation de toute information recueillie au cours d’une prestation de services.

 

Ils s’assurent que l’information recueillie ne sera utilisée que pour la fin proposée. Pour toutes les formes d’utilisation, ils obtiennent le consentement des bénéficiaires.

 

Ils informent, dans la mesure du possible, les bénéficiaires et les clients du type de services offerts et des limites de tels services.

 

Ils les renseignent également sur les limites de la confidentialité, les obligations légales et leur droit de consulter d’autres professionnels.

 

Les intervenants psychospirituels travaillant avec des personnes mineures ou incapables de donner un consentement volontaire et éclairé doivent s’appliquer plus spécialement à respecter les droits de la personne et s’adjoindre l’aide des parents ou des gardiens légaux au moment opportun.

 

2.5  Relations conflictuelles

Les intervenants psychospirituels sont conscients des problèmes éthiques soulevés par toute relation personnelle avec un bénéficiaire. Ils évitent autant que possible les relations conflictuelles. Si une telle relation ne peut être évitée, ils doivent garder le contrôle de la situation pour prévenir les effets indésirables, s’assurer qu’une telle relation n’affectera pas son jugement et pour éviter toute exploitation. À cette fin, ils ont recours au consentement donné en connaissance de cause, à la consultation, à la supervision et à la transparence envers toutes les parties impliquées.

 

2.6  Conflit d’intérêts

Les intervenants psychospirituels évitent ou dénoncent tout conflit d’intérêts qui pourrait influencer leurs décisions ou leurs comportements professionnels.

Ils se gardent d’exploiter une relation aux seules fins de promouvoir leurs intérêts personnels, sociaux, professionnels, politiques ou financiers au détriment des bénéficiaires, surtout quand une telle situation risque de diminuer leur objectivité. Ils s’efforcent de résoudre tout conflit d’intérêts avec les parties impliquées, donnant toujours préséance aux meilleurs intérêts du bénéficiaire.

3.  Principes d’éthique relatifs aux relations professionnelles

3.1   Consultation

Les intervenants psychospirituels se réservent le droit de consulter d’autres professionnels compétents tout en respectant la confidentialité du bénéficiaire.

 

3.2   Respect des autres professionnels

Les intervenants psychospirituels mettent à profit toutes les ressources offertes par d’autres professionnels pour le mieux-être du bénéficiaire, incluant les ressources professionnelles, techniques ou administratives. Cela suppose la compréhension et le respect de l’apport unique d’autres professionnels.

Ils cherchent à éviter la duplication des services rendus par d’autres professionnels.

 

Puisqu’ils sont responsables vis-à-vis les personnes accompagnées, ils le sont également vis-à-vis les collègues fournisseurs de services.

 

Si une plainte est formulée concernant un autre fournisseur de services ou qu’un comportement déplacé est observé, ils doivent suivre les procédures établies pour trouver une solution aux problèmes.

[1] Le générique masculin est utilisé sans discrimination et uniquement dans le but d'alléger le texte.